Quel est le moment le plus difficile quand on arrête de fumer ?

Quel est le moment le plus difficile quand on arrête de fumer ?

Plusieurs raisons peuvent pousser une personne à fumer de la cigarette. Il peut s’agir par exemple d’une situation difficile qui engendre un certain stress et qui pousse à prendre du tabac pour se calmer. Lorsque cela devient une habitude, la dépendance à la cigarette se trouve amorcée. Dès lors, il est extrêmement difficile de s’en passer. Pour guérir alors de cette addiction, le fumeur doit émettre la volonté de s’affranchir de cette pratique malsaine. Cependant, c’est une décision difficile à respecter, car il suffit de céder à la moindre tentation pour replonger dans l’abîme de ce vice.

Les trois jours suivant le sevrage

À partir du moment où le fumeur décide d’arrêter la cigarette, un combat acharné s’engage. C’est un conflit intérieur qui consiste à mettre à l’épreuve le concerné en vue de tester sa capacité de résistance face à la nicotine pendant une durée indéterminée. Aussi, les e-cig sont-elles plus sûres que les cigarettes classiques dans le cas de cette résistance.

La lutte commence déjà à partir de 24 heures après le sevrage. Pendant ce temps, le corps étant déjà habitué à la cigarette réclame déjà une prise de tabac. Cette envie perdure pendant encore 48 heures à 72 heures selon le niveau de dépendance du fumeur. C’est une véritable souffrance pour certains qui ont du mal à décrocher à cause de leur forte dépendance.

Par contre, d’autres arrivent parfaitement à résister et à s’accommoder de cette situation. Une fois passée ces trois jours, il est beaucoup plus facile pour le fumeur qui n’a pas rechuté de s’habituer à sa nouvelle vie sans prise de cigarette.

Les moments de solitude

La solitude peut être un moment difficile pour le fumeur qui a décidé d’arrêter de fumer. Se retrouver seul peut constituer un déclencheur de la reprise du tabac. Pour ne pas replonger dans cet enfer, le fumeur doit occuper son temps en pratiquant certaines activités éducatives ou récréatives.

En réalité, lorsqu’un fumeur se retrouve seul chez lui, il a tendance à se plonger dans une réflexion profonde. Ce processus peut le conduire à ressasser certaines situations qui peuvent susciter en lui de l’inquiétude et de l’angoisse. Pour se calmer, le fumeur peut être tenté de prendre une cigarette pour oublier ne serait-ce qu’un court instant ses problèmes personnels.

La solitude peut être considérée comme un guet-apens lorsque le fumeur ne fait rien de son temps libre. Le meilleur moyen de résister pendant ces moments est d’être productif afin d’occuper le cerveau à penser à autre chose plutôt qu’à la cigarette.